ADELF | Éditeur recherche diffuseur-distributeur
395
page-template-default,page,page-id-395,page-child,parent-pageid-13,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-3.6.12,vc_responsive

Éditeur recherche diffuseur – distributeur

title-sep

Vous êtes un nouvel éditeur ? Vous vous apprêtez à publier vos premiers livres, mais ne savez pas encore vers qui vous tourner pour en assurer la diffusion et la distribution? Ces quelques conseils vous sont destinés !

 

Y penser tôt !

 

La création d’une maison d’édition implique quantité de décisions importantes. Le nouvel éditeur doit faire des choix cruciaux pour mettre de l’avant une vision originale et personnelle de la littérature et du livre, qui s’appuie sur un plan d’affaires réaliste.

 

Parmi toutes les décisions à prendre, il y a celle de la diffusion et de la distribution. Comment faire et avec qui faire affaire?

 

Plusieurs nouveaux éditeurs ne saisissent pas dans un premier temps l’importance de bien réfléchir à ces questions. Ils s’intéressent plus volontiers au recrutement des écrivains, à la production des ouvrages, au financement de leur entreprise… mais relèguent souvent à plus tard le travail de réflexion sur les modalités de commercialisation. Pourtant, il est préférable d’y penser assez tôt, car tout ceci exige du temps et mérite d’être bien réfléchi.

 

Il faut savoir que le diffuseur / distributeur n’est pas qu’un simple fournisseur de services pour l’éditeur. Il est son principal partenaire d’affaires. Le diffuseur / distributeur et son éditeur font équipe et poursuivent les mêmes objectifs. Les rapports entre eux s’appuient donc sur un désir réciproque de travailler ensemble et une vision commune des affaires.

 

 

Prendre la mesure de la concurrence

 

Les lecteurs québécois et canadiens ont accès à une offre toujours plus grande de livres, une offre en perpétuel renouvellement alimentée par la parution incessante de nouveautés. Les chiffres donnent le vertige : chaque année, environ 35 000 nouveautés en français publiées ici ou à l’étranger sont mises en vente sur le territoire canadien. Ces nouveautés s’ajoutent à des centaines de milliers d’autres titres en catalogue et donc toujours disponibles. Ainsi, les lecteurs sont déjà sollicités par une offre de livres absolument colossale.

 

Il convient de se réjouir de cette grande diversité de la production qui confirme le dynamisme de l’édition de livres. Mais cela signifie aussi que l’offre dépasse largement la demande. En pratique, bien des livres finissent par n’être lus que par un nombre restreint de lecteurs.

 

Pour un nouvel éditeur, il importe de bien saisir la portée d’une telle concurrence. La production d’une maison d’édition doit plus que jamais se distinguer par sa qualité et son originalité pour se faire une place sur le marché et la maintenir. Chaque année, quantité de nouvelles maisons d’édition voient le jour. Certaines d’entre elles ont le potentiel de se développer. Des diffuseurs / distributeurs prendront le risque d’accompagner dans leur développement certains de ces éditeurs en misant sur le long terme.

 

 

Les rôles et les responsabilités

 

Les diffuseurs / distributeurs jouent un rôle-clé au sein de l’industrie du livre. Ce sont ces entreprises qui assurent les liens commerciaux, logistiques et financiers entre les éditeurs de livres et les détaillants (librairies et autres).

 

Les fonctions de diffusion et de distribution sont complémentaires l’une de l’autre et cohabitent souvent au sein de mêmes entreprises (qu’on nomme alors des « diffuseurs / distributeurs de livres »). D’autres entreprises du secteur assurent uniquement les fonctions de diffusion (ce sont des « diffuseurs de livres ») et confient la distribution des titres à un tiers (les « distributeurs de livres »).

 

La diffusion réfère aux responsabilités de nature commerciale : sollicitation des clients et représentation, détermination des conditions commerciales de la clientèle, promotion et publicité, établissement du prix de vente suggéré (dans le cas des livres importés), etc.

 

De son côté, la distribution couvre les aspects logistiques : réception, entreposage et transport des livres, exécution des commandes, facturation et perception des comptes, etc.

 

Un nouvel éditeur peut donc s’adresser à un diffuseur / distributeur ou à un diffuseur qui a une entente de distribution avec un tiers.

 

 

Comment engager les discussions ?

 

Les entreprises du secteur sont régulièrement sollicitées par de nouvelles maisons d’édition. Comment un éditeur peut-il se démarquer des autres pour trouver un partenaire d’affaires intéressé à assurer la diffusion et la distribution de ses livres ?

 

Il faut d’abord savoir que les diffuseurs / distributeurs s’intéressent essentiellement aux éditeurs avec lesquels ils ont l’espoir de construire une relation à long terme. Les premières années, celles du démarrage de la relation avec le nouvel éditeur, se font souvent à perte. Il faut alors tout bâtir, mettre en place des processus et des habitudes de travail qui favoriseront les économies d’échelle, il faut aussi travailler à accroître la notoriété et la crédibilité de la nouvelle maison d’édition, l’aider à se faire une place sur le marché. Tout ceci prend du temps et de l’énergie.

 

Dans ces circonstances, le diffuseur / distributeur s’attend d’un nouvel éditeur qu’il soit en mesure de lui présenter un plan d’affaires sérieux. Quelles sont les orientations de la maison et pourquoi? Les collections projetées ? Les ressources et le financement ? Les collaborateurs en vue ? Etc. En somme, l’éditeur doit avoir un projet porteur et être en mesure de bien le faire valoir. La rédaction d’un plan d’affaires est un excellent moyen de faire connaître son projet efficacement.

 

 

Les composantes-clés d’une entente

 

Un contrat écrit lie l’éditeur à son diffuseur / distributeur. Les dispositions de cette entente varient d’une entreprise à l’autre. Il n’y a pas de « contrat type », mais ces ententes couvrent plusieurs champs comme :

 

– la durée de l’entente et les modalités de renouvellement;

– la portée territoriale (Canada, Amérique du Nord, etc.);

– les marchés couverts (les types de commerces servis);

– les modalités financières (pourcentage des remises, délais de paiement, etc.);

– etc.

 

 

Le compte d’auteur

 

L’édition à compte d’auteur consiste pour un auteur à publier lui-même ses propres écrits ou à les confier à un éditeur qui les publiera contre rétribution. Il est rare qu’un diffuseur / distributeur accepte de prendre ces ouvrages sous son aile. Les entreprises du secteur font généralement seulement affaire avec des éditeurs professionnels qui choisissent eux-mêmes les manuscrits qu’ils publieront et qui en assument les risques financiers.

 

 

Qui contacter ?

 

Les 21 entreprises membres de l’ADELF représentent l’essentiel des activités de diffusion et de distribution de livres en langue française au Canada. Ces entreprises sont toutes des diffuseurs / distributeurs ou des diffuseurs (sauf la Socadis qui est distributeur uniquement). Le nouvel éditeur pourra donc s’adresser à l’une ou l’autre de ces entreprises.

 

Une visite des sites web et des réseaux sociaux des entreprises peut parfois permettre de mieux connaître le profil de chacune. Il peut être aussi utile de se rendre dans les grands salons du livre. Les stands y sont généralement occupés par des diffuseurs ou des diffuseurs / distributeurs.

 

La sollicitation d’un diffuseur / distributeur doit se faire préférablement par écrit en s’adressant à la direction générale de l’entreprise.